par Mme Anne Rothenbühler , Professeure aux Universités de Parix-X Nanterre et Neuchâtel (Suisse) – Samedi 20 octobre 2018 au Château de Rolle.

Ed. Alphil-Presses Universitaires Neuchâtel
Octobre 2015

Dès 1880 des milliers de Suissesses sont parties pour la ville Lumière. En effet, entre 1880 et jusqu’à la fin de la 1ère guerre mondiale, les Suissesses représentent l’une des principales populations féminines étrangères de la capitale : on les a appelées « les mercenaires en jupon ». Bien souvent ce sont des domestiques, mais les besoins en argent ne sont pas forcément la cause principale de cette migration. En effet, celle-ci s’avère aussi une affaire d’opportunité professionnelle mais également celle d’un type nouveau: les migrations gestationnelles qui ont pour but d’accoucher à Paris et d’échapper ainsi aux rumeurs qui entourent les grossesses naturelles.

En effet, celle-ci s’avère aussi une affaire d’opportunité professionnelle mais également celle d’un type nouveau: les migrations gestationnelles qui ont pour but d’accoucher à Paris et d’échapper ainsi aux rumeurs qui entourent les grossesses naturelles.

Catégories : Nouvelles